DSC00524 IMG_6551

Ils sont tous rentrés des vacances ; les sœurs et leurs conjoints, les amis et les copains, les voisins et même mes compagnons de voyage dans le train de banlieue ! Depuis mi-aôut, le wagon s’est rempli petit à petit de gens que j’avais perdu de vue le temps d’une quinzaine ou même d’un mois de vacances. Les voilà de retour plus ou moins bronzés, vêtus d’habits de saison ou plutôt, de vacances puisqu’on ne peut pas parler de saison en l’absence du soleil, et oui même le soleil est parti en vacances, en période creuse mais il est parti quand même !

Ces visages bronzés affichent un sourire révélateur, cet indice qu’ils sont partis, un sourire qu’ils n’avaient pas avant le départ ou du moins pas tout à fait le même, oh non ! 
Avant les vacances, on est fatigué, lasse, contrarié et même assombri. Tout nous éreinte et agace … surtout les sœurs et les conjoints, les amis et les copains, les voisins et les compagnons de voyage qui s’en vont comme de la bonne pluie. Au début elle tombe abondamment puis s’estompe goutte par goutte jusqu’à ce qu’elle s’en aille entièrement, laissant juste la brise du silence, celle de l’absence d’amis avec qui on aurait aimé passer du bon temps avant les vacances, avant nos vacances à nous!
Nous deux, doudou et moi, sommes retrouvés à deux à voir cette pluie s’arrêter petit à petit, parfois brusquement. Ils sont tous partis avec le sourire, que nous avons tout de même partagé avec eux, mais il est dure de faire face au manque de vacances quand on est que deux. En cette période précise on n’a du mal à se supporter ou plutôt à s’épauler l’un sur l’autre ; chacun de nous est épuisé, contrarié et n’avons qu’une hâte, c’est de partir à notre tour.
Bien sûr que les week-ends aident à décompresser, à changer d’ambiance que celle connue en semaine au travail (je ne vous parle même pas des tensions au boulot !!), ça aide de partir un peu le temps d’une journée ou deux. C’est bien d’avoir et d’entretenir ce genre de sorties dans l’année, tout au long de l’année mais ça ne remplace en aucun cas le besoin de partir en vacances un long moment loin de tout (surtout que ça faisait deux ans qu’on n’était pas partis !!). Et puis, nous avons constaté que nos week-ends ne nous ont pas fait un énorme bien tant que ça ! Nos petits séjours à Grenoble, à Lyon, au Maroc ou même à Etrétat nous ont un peu épuisé.

Mais je ne me plains pas, le compte à rebours à commencer, bientôt nos vacances sous les tropiques.

Pour un couple en manque de vacances :

300 g de nouilles
200 g de viande de boeuf (faux filet)
1 poivron rouge
1 échalote
1/2 boîte de jeunes maïs
Quelques feuilles de basilic thaî
2 petits piments rouges très forts
1 morceau de gingembre frais 2 cm
1 morceau de galanga frais 2 cm
1 gousse d'ail
2 c. à soupe de sauce soja claire
1 c. à soupe rase de Nuoc-mâm
Huile d'arachide
Poivre

Dans une grande casserole d'eau légèrement salée, faire cuire les nouilles (le faire dès que la viande est à moitié cuite).

Dans un wok, mettre l'huile d'arachide à chauffer sur un feu vif, ajouter l'ail, le gingembre et le galanga pilés. Incorporer un piment débarrassé de ses graines et coupé finement.
Ajouter la viande coupée en fines lamelles, poivrer et faire dorer sur feu vif.
Verser la sauce de soja et le nuoc-mâm, poursuivre la cuisson. Ajouter le sucre de palme râpé avec un économe

Dès que la viande est cuite, ajouter le poivron coupé en dés, le maïs coupé en diagonal, le deuxième piment entier ainsi que l'échalote coupée en quatre. Faire dorer puis arroser de quatre cuillères à soupe d'eau de cuisson des nouilles. Incorporer ensuite les nouilles à peine égouttées et  mélanger l'ensemble de manière ample et aérée.
Y glisser quelques feuilles de basilic et servir aussitôt.