DSC00128

Je suis dans une phase – qui dure assez longtemps et depuis longtemps – de cuisine indienne. Ce n’est pas pour me déplaire car c’est très varié contrairement à ce que l’on croit de plus d’être savoureuse. Bien qu’elle soit épicée et pas forcément pimentée (nuance !!!), oui les épices ne piquet pas hormis le poivre bien sûr, cette cuisine est profonde en goût sans même procéder à une étape de marinade.  Tout se passe lors de la première jetée d’épices dans le ghee tiède (cuisson dans une matière grasse) ou dans la poêle chauffée (cuisson à sec). C’est un pur moment d’extase à humer toutes ces épices mélangées mais qui restent singulières, un mariage d’épices de tout genre : cannelle, macis, cardamome, clous de girofle… qui peuvent apparaitre excédentaires et exagérées mais dont le mariage donne naissance à un plat succulent. On devine alors son contenu en épices, certaines nous sont reconnaissables tels que le cumin, le poivre, alors que d’autres cachent bien leurs mystère, le gingembre par exemple, cette racine bien parfumante et parfumé que dégage sa fragrance piquante et futilement acidulée lorsqu’on la sent, mais une fois incorporée à de l’huile enflammée (n’importe quelle huile) sa saveur se déguise d’un voile fleurie très attrayant ! Une épice d’amour, d’amitiés, de force et de paix. La cuisine indienne n’est pas que « épices », c’est aussi un large panel de légumes, de riz, de lentilles, de pois, de fruits, de poissons… Préparés à la mode d’un curry, d’un massala, de grillades, de fritures … ne demandant pas forcément toutes les épices. Certains plats demandent simplement 2 à 3 épices.

Cuisiner indien c’est tout un art, qui comme la cuisine Marocaine, se mélange à des rituels sociaux : manger de la viande tous les jours ou une fois par semaine ; utiliser des cacahuètes à la place des amandes dans certaines pâtisseries prestigieuses. Religieux (la cuisine marocaine juive ou musulmane) et ancestraux. Il n y a pas un plat national mais des plats typiques et régionaux, là encore tout comme au Maroc, ce n’est pas le couscous ou le curry le plat national, divers mets sont glorieux et très appréciés au quotidien ou pour les grandes occasions. Ce n’est pas pour rien que l’on retrouve certaines similitudes entre la cuisine marocaine, indienne et perse !!

On ne le dira jamais assez, la cuisine indienne n’est pas toujours ni forcément épicée ! Elle est diététique ou calorique répondant à votre envie et à vos attentes. Elle contient bien sûr des épices dont le dosage et le choix est une affaire fastidieuse, chaque épice a ses vertus et son rôle, les mélanger en est de même.  A noter également que chaque région, chaque village et chaque famille a sa propre tradition face à la cuisine et à la nourriture. Le nord étant différent du sud : une cuisine plus « sèche » au four Tandoor et beaucoup de pain. L’ouest et l’est : cuisine plus douce généralement sans curcuma et très recherchée dans l’ouest. Selon les castes…

Et si on dégustait un curry kebbab. La viande hachée en boulettes est appelée « kebbab » en Hindi, elle est très appréciée en sauce mais également en grillade ou en simple friture. Le kebbab est toujours bien mariné, tout comme au Maghreb, on ne peut pas admettre de cuisiner la viande hachée sans assaisonnement !

Pour la viande hachée :
500 g de viande hachée d’agneau
1 oignon
1 c. à café de gingembre en poudre
½ c. à café de poivre moulu
½ c. à café de cumin moulu
Sel

Pour la sauce :
1 oignon
3 belles tomates
1 petit morceau de gingembre frais ou à défaut 1 c. à café moulu
Feuilles de curry
(Clic) 
Feuilles de coriandre
1 piment vert débarrassé de ses graines
1 c. à café pleine de cumin moulu
½ c. à café de coriandre moulu
A défaut de cumin et de coriandre, utiliser 1 c. à soupe pleine de poudre de curry doux
1 c. à café de paprika
½ c. à café de poivre
Sel
Huile neutre

Commencer par préparer la viande hachée : émincer l’oignon et l’ajouter à la viande ainsi que le reste d’épice. Il est possible d’incorporer un peu de persil ou de coriandre émincé finement. Mélanger à la main l’ensemble. Si votre viande ne contient pas assez de gras, ajouter un filet d’huile pour al rendre tendre. Former des boulettes de la taille d’une noix.

Faire chauffer l’huile, ajouter l’oignon, l’ail, le gingembre, les feuilles de curry. Au bout de 2 à 4 minutes incorporer le reste d’épices sauf le sel. Laisser prendre 1 minute encore puis ajouter les tomates coupées finement. Mélanger et laisser compoter 5 à 8 minutes. Arroser d’un grand verre d’eau et saler. Dès frémissements, incorporer les boulettes de viande et laisser cuire sur feu moyen. La cuisson prend environ 20 minutes, augmenter le feu 5 minutes pour épaissir un peu la sauce. Ajouter la coriandre puis servir chaud avec du riz, du pain … ou de la semoule.

Faites-vous plaisir !