DSC09851

Une pâte de curry fait maison, j’en ai rêvé. Une rencontre avec les épices pas comme les autres, d’habitude notre retrouvaille est sous le signe d’amour entre un homme et une femme, ce désir de se découvrir et de se laisser aller dans une ambiance plus intime. Cette fois-ci c’était un moment singulier et unique, l’amour d’une mère à ses enfants. Oui ça peut paraître bizarre mais pas si délirant que cela. Pour faire une pâte de curry, il faut choisir les épices, les sélectionner, les trier et les distinguer quelque part, une mère peut-elle faire ça à ses enfants ? Ce n’es pas pensable ni faisable sinon très dur. J’ai été confronté à ce sentiment de « faire un choix » devant un large éventail de poudres, de graines et de racines. Et puis je ne pouvais pas trop en utiliser, j’ai été dominée par cette envie de tout garder et de ne rien user, les maintenir dans mon placard, près de moi, dans mes bars ! Un peu comme un délicieux gâteau que l’on déguste à la petite cuillère, bouchée par bouchée, bouchée après bouchée espérant qu’il n’en finisse pas ! Un peu comme une pièce montée que l’on aimerait garder telle quelle. Je suis un peu comme ça avec mes épices, mes enfants, j’en ai tellement mais à chaque utilisation je me dis que c’est la fin, l’heure de la mort a sonné ! Un peu tragique comme image me direz-vous ? Pas tant que cela, l’heure de la fin a sonné … mais un nouveau départ rejaillit, les épices renaissent quand on les utilise, c’est en quelque sorte une nouvelle vie pour elles. J’avoue avoir ce caractère et cette façon de penser face à certaines épices telles que le Safran, si prestigieux par sa saveur, sa couleur et son prix, de plus il reste discret voire absent dans certains plats, il faut en abuser pour en profiter ! Alors que face au gingembre, curcuma, paprika… mon cœur joue la générosité absolue, j’en abuse beaucoup.

Donc pour revenir à ma pâte de curry, je ne me suis inspirée de rien de tout, j’ai juste laissé parler mes sens, mes plaisirs et mes envies. Cependant, quelques règles s’imposent pour avoir un résultat à la hauteur des attentes. Ce sera difficile de vous donner les proportions exactes mais je m’efforcerai de vous livrer approximativement les quantités.

2 oignons rouges
6 gousses d’ail
1 racine de curcuma de 6 cm
1 racine de gingembre de 4 cm
1 morceau de galanga de 3 cm
10 cardamomes vertes
10 clous de girofle
2 beaux piments rouges séchés
2 beaux morceaux de macis
1 bâton de cannelle
1 c. à soupe de paprika
¼ c. à café de fenugrec moulu
1 c. à café de moutarde brune en graines
1 c. à café de poivre noir en graines
1 c. à café de coriandre en graines
1 c. à café d’Ajwan en graines (cumin d’inde : saveur entre le thym et le cumin, je vous en parlerai un jour)
½ c. à café de cumin moulu
Quelques feuilles de curry

Faire revenir à sec dans une poêle sans matière grasse : la cannelle, l’ajwan, le poivre noir, la coriandre, les clous de girofle et la moutarde. Les moudre au moulin à café ou au mixer ça marche bien aussi.

Mettre un peu d’huile dans une grande cuillère ou une louche, faire chauffer à même la flamme, ajouter el macis et laisser chauffer à peine 2 minutes.

Moudre la cardamome au mortier avec un peu de gros sel.

Moudre également le galanga, si c’est du frais le rendre en pâte au simple mixer

Ecraser l’ail et le gingembre ensemble en une pâte homogène.

Se servir d’une râpe à ail (un petit plat rond avec des pics) pour râper le curcuma, munissez vous de gants jetables si vous ne souhaitez pas avoir les mains colorées.

Faire bouillir le piment débarrassé de ses graines dans un peu d’eau, le piment va gonfler et se ramollir. Le réduire en purée en se servant d’un mortier ou au simple mixer.

Mixer les oignons, ajouter la pâte d’ail et de gingembre, le macis chauffé, le galanga, toutes les épices moulues, la pâte de piment, le curcuma, le sel.
Mixer le tout de manière à obtenir une pâte homogène.
Ajouter les feuilles de curry, quelques graines de moutarde brune, d’Ajwan ou autre de votre choix parmi la liste.
Si la pâte est trop sèche, ajouter un filet d’huile neutre. Si au contraire elle est liquide, ajouter un peu de farine de riz ou quelques épices en poudre, cela dépend du degré d’humidité.

DSC09852
Conserver dans un pot à l'abri de la lumière
quelques jours puis au frais
.

Utiliser 1 à 2 c. à café avec :
du poulet, poisson, crevettes, légumes
Adoucir votre plat avec du lait de coco ou de la crème liquide.